Архитектура Аудит Военная наука Иностранные языки Медицина Металлургия Метрология
Образование Политология Производство Психология Стандартизация Технологии


II. 3. Les homonymes, Les paronymes



Souvent le mê me signifiant dé signe des signifié s qui n’ont aucune relation de sens: grè ve – plage sablonneuse, grè ve – cessation collective du travail dirigé e par les salarié s. Dans ce cas il s’agit de l’homonymie. Les homonymes sont des mots ayant la mê me forme phonique et se distinguant par le sens. Il est difficile de dé finir les critè res permettant d’identifier un mot polysé mique et un homonyme. Le principe gé né ral est que les homonymes sont des mots qui n’ont aucun rapport sé mantique entre eux, tandis que les acceptions d’un mot polysé mique sont en intersection sé mantique.(16) D’ici, les homonymes forment un champ lexical et pas du tout sé mantique. Mais dans la pratique il est difficile de dé gager des critè res rigoureux. Les mots polysé miques deviennent homonymes avec le temps et, au contraire, les homonymes se polysé misent:

 

polysé mie Rayon(anc) – rayon de miel

 

Rayon – é tagè re de bibliothè que

 

homonymie Rayon – affaire d’un domaine

 

Les homonymes sont de deux types: les homophones et les homographes. Les homophones sont les mots à la mê me prononciation mais à l’orthographe diffé rente: air – è re; seau – sot – saut – sceau. Les homographes sont les mots à la mê me orthographe et à la mê me prononciation: avocat – avocat; cousin – cousin.

On peut classer les homonymes en:

· lexicaux. Ils coï ncident quant à leur forme phonique et grammaticale. Ces mots font partie de la mê me classe grammaticale: porc – port – pore.

· grammaticaux. Ces homonymes ont des cathé gories grammaticales diffé rentes: bon (adj.) – bond (verbe); boucher (vt) – boucher (m). L’existance des derniers exemples est temporaire. Dè s qu’on change la forme l’homonymie disparaî t. Cette homonymie par accident phoné tique pré sente moins d’inté rê t linguistique.

L’apparition des homonymes est le ré sultat de diffé rents phé nomè nes linguistiques parvenus au cours de l’é volution de la langue. Les sources principales de l’homonymie sont:

· l’é volution phoné tique des mots primitivement à des formes diffé rentes: pain (panis) – pin (pinus) – peint (pinctum). Ch. Bally les nomme des homonymes é tymologiques. (27)

· l’emprunt s’adapte à la prononciation de la langue – cible: blouse (lat.) – blouse (angl.); botte (ital.) – botte (né erl.).

· la dé rivation: boucher – bouché e.

· la rupture des liens sé mantiques au cours de l’é volution entre les mots polysé miques: argent – argent, grè ve – grè ve.

Un autre groupe lexical est formé de paronymes – mots proches par la sonorité ou la graphie. Selon Ch. Bally ce sont des «pse­udohomonymes». (25) Du point de vue formel il y a des paronymes à un mê me radical et à radicaux diffé rents. Les premiers ont des sens proches: oisif – oiseux; mé ritant – mé ritoire. Il serait possible de les remplacer dans des contextes semblables. Mais dans la plupart des cas les paronymes n’ont pas de liens sé mantiques, leur coï ncidance phonique é tant tout à fait fortuite (7): acception – acceptation; recouvrir – recouvrer; prodige – prodigue. D’habitude on emploie les paronymes quand on ne connaî t pas bien le sens des mots ce qui provoque des mé prises de sens. Les é crivains utilisent la paronymie pour obtenir des effets stylistiques. Ce procé dé porte le nom de paronomase: « le maire marie le premier couple» (Bazin).

 

QUESTIONNAIRE

 

1. Donnez la dé finition de l’homonymie. 2. Quels sont les types essentiels des homonymes? 3. Quelles sources de l’homonymie existe-il dans le franç ais? 4. Quelle est la cause de l’apparition des paronymes? 5. Qu’est-ce que c’est que la paronomase?

 

EXERCICES

1. Sachant que les phrases sont disposé es par paires, retrouvez les homonymes adé quats:

1) En principe, l’anticyclone centré sur le... de Gascogne nous envoie des courants chauds.

2) Le... est un sport de plus en plus prisé à l’heure actuelle.

3) La confé rence aura lieu au... des Congrè s.

4) Le... est poussé par le joueur de hockey sur glace.

5) La procé dure judiciaire fut annulé e pour... de forme.

6) Le clou et la... servent à assembler la plupart des piè ces de construction.

7) Aprè s avoir chevauché plusieurs heures, il convient de... le cheval et de le bouchonner avant de le rentrer à l’é curie.

8) Dans ce vieux mur, plusieurs pierres sont...

9) Au bas d’une facture payé e, on trouve cette formule: «pour... ».

10) À l’â ge de trois ans, l’enfant a dé jà ... les bases du langage oral.

 

2. Mê me exercice:

1) L’habitat des grands carnivores tels que l’ours est dé nommé ....

2) Lors du tour de reconnaissance, le copilote prit ses... afin de mieux orienter son partenaire.

3) Faites un vœ u en regardant une é toile filante et il sera...!

4) On a... le seuil de cette fenê tre de vingt centimè tres.

5) L’employé et le patron n’é taient pas d’accord, un... les opposait.

6) Les villages ont un aspect... des villes.

7) La Belgique se compose en majorité de Wallons et de....

8) Parmi les é chassiers, les... roses sont particuliè rement é lé gants.

9) L’œ il-de-perdix est le terme qui dé signe le... au pied.

10) Un vin corsé est un vin qui a du....

 

3. Mê me exercice:

1. À l’heure du repas, les ouvriers s’octroient une... d’une heure.

2. La... du carrelage demande une centaine dexté rité.

3. Ce tire-au-... est resté comme deux ronds de... aprè s avoir reç u une sé vè re correction.

4. Cette vigne pousse à ... de coteau.

5. Le menuisier a posé ces planches sur... afin de leur permettre de mieux sé cher.

6. Les moissonneurs terminè rent ce... de blé en une journé e.

7. Les logopè des sont... ré é duquer les troubles du langage.

8. Dans son allocution le ministre a, contre toute attente, prononcé des paroles....

9. Aprè s un vol, il est toujours conseillé de porter... au commissariat.

10. Dans le vaste hall, le proprié taire avait choisi une... de marbre bien assortie au carrelage.

 

4. Mê me exercice:

1. Le... d’ouest amè ne souvent la pluie dans nos ré gions.

2. Pour le transport des chevaux, le... est tout indiqué.

3. Plusieurs espè ces animales sont en... d’extinction.

4. Aprè s son ré cital, ce chanteur é tait sans....

5. Ces hommes sans scrupules nourrissaient de noirs....

6. Les premiers... d’enfants sont de simples gribouillages.

7. Les mets allié s donnent une... particuliè rement forte.

8. Parmi son attirail, le cordonnier dispose d’... pour coudre les chaussures.

9. Il laissait sa tê te baller en arriè re aux... de la route (Cocteau).

10. Aprè s le cyclone, certaines agglomé rations ne sont plus qu’un gigantesque....

 

5. Sachant que les phrases sont disposé es par triades, retrouvez les homonymes adé quats:

1. Quelques 2000 chê nes é taient né cessaires pour ré aliser les... des trois-mâ ts du XVIIe siè cle.

2. Le... est le symbole de la wallonie.

3. Le... est un combustible.

4. Le transport de... est devenu un mé tier à risquer.

5. Le baptê me des enfants a lieu dans les... baptisimaux.

6. On dé couvrait, en toile de..., un paysage pittoresque.

7. Le... est le lé gendaire animal associé au Pè re Noë l.

8. La... Elisabeth de Belgique é tait une mé lomane avertie.

9. C’est avec des... que l’on dirige un attelage de chevaux.

10. Cendrillon est le titre d’un... populaire.

11. Le... est un titre de noblesse supé rieur au baron.

12. Pour é tablir un budget, il est important de faire ses....

 

6. Mê me exercice:

1. Une transaction bancaire occasionne toujours des....

2. Le chargement d’un avion ou d’un bateau constitue son....

3. L’é poque du... est le temps de la reproduction chez les poissons.

4. Suite au dé cè s de son mari, elle eut beaucoup de....

5. Le... est une partie essentielle de la serrure.

6. Les plumes des ailes et de la queue des oiseaux sont appelé es....

7. Le hareng sé ché et fumé est dit hareng....

8. Les sorciè res jettent souvent de mauvais....

9. Le... est le nom d’un groupe sporanges chez les fougè res.

10. En principe, le train arrive toujours à l’....

11. Il y eut des... entre la police et les manifestants.

12. Il n’eut pas l’... de lui plaire.

 

7. Sachant que les phrases sont groupé es par quatre, retrouvez les homonymes adé quats:

1. Athé na est aussi appelé e la dé esse aux yeux....

2. Il s’est acheté une nouvelle... de chaussures.

3. On peut dire que Freud est le... de la psychanalyse.

4. Cette jeune fille travaille au....

5. Le... s’applique derriè re une glace pour qu’elle puisse ré flé chir la lumiè re.

6. Le... est une sorte de bé quille en bois qui soutient un navire en construction.

7. Le... est une plante appré cié e pour son arô me prononcé dans la cuisson de certaines lé gumes.

8. Cet enfant a le... hâ lé par le soleil.

9. Cette ré sine appelé e... sert à fabriquer des torches.

10. Aux championnats de... et haltè res, les concurrents soulè vent des charges é tonnantes.

11. «... » est un interjection qui marque le dé goû t.

12. Les petits... se cultivent dans la plupart de nos ré gions.

 

8. Mê me exercice:

1. Parmi les attractions modernes, le... à l’é lastique est de plus en plus prisé.

2. En France, le garde des... est l’é quivalent du ministre de la justice.

3. En cas d’orage violent, on dit qu’il pleut à ....

4. Il faut ê tre... pour tenir de tels paris insensé s.

5. Le... ou... fut longtemps l’emblè me des rois de France.

6. Entrer en..., c’est s’engager dans une compé tition.

7. Une surface qui n’offre aucune aspé rité est une surface....

8. La... est une riviè re de France et de Belgique.

9. La chasse à ... fut surtout pratiqué e au moyen â ge.

10. À l’université, les é tudiants suivent les... dans des amphithé â tres.

11. Au tennis, les adversaires s’opposent sur un... en terre battue.

12. Au son de la cloche, les é coliers s’é gaillent dans la... de la ré cré ation.

 

9. Sachant que les phrases sont groupé es par cinq, retrouvez les homonymes adé quats:

1. Le ciné ma est dé nommé le septiè me....

2. L’... est une mesure agraire qui vaut cent mè tres carré s.

3. On saigne habituellement le cheval aux....

4. La... est ce lien d’osier qui sert à attacher les fagots.

5. En faisant une commande, il convient de verser des....

6. Chaque jour un... est mis à l’honneur au calendrier.

7. L’air de la campagne est, en gé né ral, plus... que celui des villes.

8. L’allaitement des nourrissons au... est conseillé aux jeunes mamans.

9. Au moyen â ge, les lieux fortifié s é taient souvent... d’une muraille.

10. Notre visiteur devrait arriver dans quatre ou... jours.

10. Sachant que les phrases sont groupé es tantô t par six, tantô t par quatre, retrouvez les homonymes adé quats:

1. Sais-tu... il est allé ?

2. Le... est un arbuste é pineux qui reste toujours vert.

3. Aux vacances prochaines, il ne sais s’il ira à la mer... à la montagne.

4. Le binage du jardin se pratique à la....

5. Le mois d’... est le deuxiè me mois des vacances.

6....! La vilaine bê te!

7. En é té, les vaches sont é nervé es par les....

8. Le mé té orologiste annonce le... qu’il fera.

9. Il fut engagé en... que magasinier.

10. Le... sert à pré parer le cuir.

 

11. En vous servant des paires de mots proposé s, retrouvez les homonymes correspondants:

impô t animal de basse-cour insecte groupie

peuplade bâ ton de vieillard ré cit antique feuilles et tiges

de radis

 

12. Trouvez deux mots qui se prononcent de la mê me maniè re mais qui ont une orthographe diffé rente.

arbre pin pain Toujours sur la table en France
Celui du rossignol est trè s beau Terre cultivé e
Il y en a plusieurs à la té lé Arbre
Entre la tê te et les é paules Ré sultat de l’action de frapper
N’est pas beau Liquide blanc
Envie de manger Aprè s, il n’y a plus de suite
Femme de votre oncle Pour faire du camping
Histoire Titre de noblesse
Oeuvre dansé e Pour faire le menage

 

13. Utilisez chaque homonyme de mais dans une phrase: mais, mai, mets (verbe), mets (nom), maie, mes.

 

14. Trouvez les homonyms des mots suivants et expliquez-les: pè re, vin, court, prix, tant, date, cent.

 

15. Voici une sé rie d’homonymes. Amusez-vous à les utiliser dans une seule phrase ou dans un petit texte:

paon – pan – pend – pan

vent – vend – van

ver – verre – vers – vert – vers

foi – foie – fois – Foix

reine – renne – rê ne – Rennes

lit (nom) – lie (nom) – lie (verbe) – lit (verbe)

sot – saut – sceau

16. En vous servant des triades de mots proposé s, retrouver les homonymes correspondants:

hé moglobine pas de nombre   nonchalant jus de raisin grimace   animal des bois griffe d’aigle esclave   inutile nombre boisson alcoolisé e  

 

17. Mê me exercice:

enduit instrument de musique bagarre   croyance organe il é tait une...   personnes compartiment de trictrac race, espè ce   secousse physiologique sport d’accord  

 

18. Relevez les homonymes et dé finissez leur type:

1. Aussi poussa-t-il comme un chê ne. Il acquit de fortes mains, de belles couleurs (Flaubert). 2. Schopenhauer a marqué l’humanité du sceau de son dé dain et de son dé senchantement (Maupassant). 3. Sa tê te, trop lourde, roulait sur ses é paules. Il la redressait d’un coup de cou (Guth). 4. Il s’avanç a jusqu’à la chaire (Alain-Fournier). 5. Il y avait, je me rappelle, un vieux puits si bien enveloppé dans ces lueurs du couchant, que sa margelle usé e semblait de marbre rose, le seau ramenait de la flamme, la corde ruisselait de gouttes de feu (Daudet). 6. Toute la tribu avait ce mê me air de tristesse dé labré e et d’indiffé rence (Daudet). 7. Un sot trouve toujours un plus sot qui l’admire (prov.). 8. C’est une Arlé sienne qui tient l’auberge, une belle femme avec des dentelles et trois tours de chaî ne d’or au cou (Daudet). 9. Il haussait la voix, il se soulageait (Zola). 10. Les Franç ais ont unt telle faç on gourmande d’é voquer la bonne chè re qu’elle leur permet de faire entre les repas des festins de paroles (Daninos). 11. Comme il n’y avait point assez de valets d’é curie pour dé teler toutes les voitures, les messieurs retroussaient leurs manches et s’y mettaient eux-mê mes (Flaubert). 12. Le gouvernement italien envoya un mé moire qui montait à douze mille francs (Maupassant). 13. Bouquinant et flâ nant, je goû tais au passage quelques vers haut sonnants d’un poè te de la Plé iade (France). 14. En passant on entendait une valse au piano, un air un peu vieilli tombant des persiennes vertes sur la route ensoleillé e (Daudet). 15. Ma mé moire n’est plus trè s bonne (France). 16. Denise lâ cha son verre qu’elle portait à sa bouche (Zola). 17. A cette heure-là, toutes les fatigues de la veille vous reviennent. Il y a encore du sommeil dans les yeux et dans l’air (Daudet). 18. Il tenait un commerce de cannes et de parapluies, faisait des raccommodages, sculptait mê me des manches, ce qui lui avait conquis une cé lé brité d’artiste dans le quartier (Zola). 19. Dans le petit chamin qui borde la voie, les francs-tireurs filaient au pas de course (Daudet).

 

19. Trouvez les homonymes des mots en italique et dé finissez leur type:

1. Il mangeait des mû res le long des fossé s (Flaubert). 2. On entendait dans le corridor passer les fortes bottes des gendarmes (Flaubert). 3. Le cidre doux en bouteilles poussait sa mousse é paisse autour des bouchons, et tous les verres, d’avance, avaient é té remplis de vin jusqu’au bord (Flaubert). 4. Il a loué un petit enclos (Maupassant). 5. A dix heures, nous jetons l’ancre en face du vapeur le Cannois (Maupassant). 6. Les deux hommes, halant sur la chaî ne, amenait le yacht à pic sur son ancre. Puis ils hissè rent la grande voile (Maupassant). 7. Julien, debout prè s de sa femme, la tenait par la taille (Maupassant). 8. Un quart de lieue plus loin, il fallut s’arrê ter pour raccomoder, avec de la corde, le reculement qui é tait rompu (Flaubert). 9. Il fait chaud, le poê le ronfle. Trois mobiles de province dé jeunent presque dessus (Daudet). 10. Les ouvriers s’é taient mis en grè ve (Aragon). 11. En toute chose il faut considé rer la fin (La Fontaine). 12. Les femmes, bien que hâ lé es et flé tries, portaient avec grâ ce un long manteau noir (France). 13. Je sens entrer en moi l’ivresse d’ê tre seul, l’ivresse douce du repos que rien ne troublera, ni la lettre blanche ni la dé pê che bleue, ni le timbre de ma porte, ni l’aboiement de mon chien (Maupassant). 14. Je vis deux hommes qui jouaient du couteau. Ils s’attaquaient de la langue plus encore que de la lame (France).

 

20. Donnez, avec des exemples, les significations des homonymes homographes qui se distinguent par le genre et expliquez leur origine: aide, aigle, couple, enseigne, garde, hymne, livre, mode, moule, page, poste, radio, solde, somme, tour, vapeur, vase.

 

21. Donnez, avec des exemples, les significations des homonymes homographes qui se distinguent par le nombre: bruit (m s), bruits (m pl); cendre (f s), cendres (f pl); ciseau (m s), ciseaux (m pl); conserve (f s), conserves (f pl); eau (f s), eaux (f pl); fer (m s), fers (m pl); lettre (f s), lettres (f pl); menotte (f s), menottes (f pl); vacance (f s), vacances (f pl).

 

22. Trouvez un homonyme pour chacun des mots suivants: cane, cire, corps, fard, fil, foi, mare, pain, poids, port, pose, pousse, seine.

23. Des homonymes trè s utilisé s constituent des paires s’opposant par le genre.

Expliquez chacun de ces mots:

 

Le crê pe – La crê pe

Le garde – La garde

Le livre – La livre

Le manche – La manche

Le manœ vre – La manœ uvre

Le mé moire – La mé moire

Le mode – La mode

Le moule – La moule

Le mousse – La mousse

Le page – La page

Le parallè le – La parallè le

Le poê le – La poê le

Le somme – La somme

Le tour – La tour

Le vase – La vase

Le voile – La voile

 

 

24. Lisez le texte suivant en indiquant bien les diffé rences de prononciation des mots homographes.

NOTE AUX É LUS AU CONSEIL PRÉ SIDENT
ET AU PRÉ SIDENT DE LA RÉ PUBLIQUE D’É GYPTE

 

Il faut que nous adoptions pour les adoptions des mesures favorables afin que cesser un trafic dé noncé par M. Jean, cé lè bre reporter. Reporter ce dé bat serait pure folie. “Dans notre pays, il devient impossible d’adopter un fils tant les fils des lacs de l’administration sont troubles comme les eaux des lacs et é triqué s comme un jean, dit Jean, et pour les dé mê ler, vous en suez. Or à Suez, une mater et les soeurs d’un couvent couvent un ré seau à mater. Elles é changent des orphelins mal nourris contre dations. Nous dations de 1995 ces propos dans notre pré cé dent rapport. Intervenir devient urgent, comme urgent ces options à prendre. Il faut que nous options pour l’abolition de ce genre d’exé cutions; nous exé cutions des contrô les dans plusieurs de ces é tablissements d’un seul jet; nous affré tions un jet chargé de rations de riz, nous ne rations pas une occasion de stopper ce trafic influent dont les chefs influent sur vos relations (nous en relations hier encore dans la presse). Donc, il convient que les é lus convient les autorité s à affronter les problè mes où ils ré sident. Un ré sident confirme: si nous intentions un procè s, nos intentions seraient loué es puisqu’elles coï ncident avec le dé sir (coï ncident à la venue du pape) de dé manteler cette mafia. Que nous transitions par Rome s’impose donc sans transitions. Comment se fier à elles qui se parent de cornettes, content des sornettes et violent les lois, et rester un fier citoyen, voire parent adoptif et content de l’ê tre, mais non, violent?

Extrait de É pî tres et Pitreries de MARYSE COURBERAND

Cité par THIERRY LEGUAY dans Les poules du couvent couvent.

 

25. Utilisez chaque mot dans une phrase qui montrera clairement la diffé rence de sens.

Terme Paronyme Terme Paronyme
Allusion Illusion Irruption É ruption
Compré hensif Compré hensible Justesse Justice
Avè nement É vè nement Dé saffection Dé sinfection
Induire Enduire Affliger Infliger
Infecté Infesté Oné reux Onirique
Dé saffecté Dé sinfecté Dé noter Dé toner
Dé nuement Dé nouement Recouvrir Recouvrer
Collision Collusion Location Locution
Agonir Agoniser Perpé tuer Perpé trer

26. Les phrases suivantes comportent toutes une erreur due à la confusion entre deux mots proches de formes. Rectifiez-les.

1 – La conjecture actuelle n’est pas favorable aux investissements.

2 – En se revoyant aprè s ces anné es de sé paration, ils ont invoqué de nombreux souvenirs d’enfance.

3 – Le renversement de ce dictateur qui avait tant oppressé son peuple a é té une bonne nouvelle.

4 – Ce mot est polysé mique; il a donc de nombreuses acceptations.

5 – Deux buts ont é té marqué s pendant les prolongements.

6 – Grâ ce à des travaux importants, l’inclination de la tour de Pise a é té stabilisé e.

7 – Les dé clarations de ce juge sont inacceptables car elles sont vraiment trop partielles.

8 – J’ai trouvé l’é dition originelle de ce livre chez un bouquiniste.

9 – Ce philosophe imminent est respecté de toutes les classes politiques.

10 – Lors du cambriolage, il n’y a pas eu infraction; c’est pourquoi la police suspecte le proprié taire.

11 – Il a fait é ruption dans la salle en criant qu’il y avait le feu à l’é tage supé rieur.

12 – Les allocutions de chô mage vont ê tre augmenté es.

 

27. Avec les letters des mots suivants, formez un autre mot avec lequel vous fabriquerez un é noncé amusant : boulier, arpents, chien, Sé nat, draguer, singes, entier, sucer, meurent, triage.

 

28. Cherchez les paronymes des mots suivants: impassible, venimeux, prodigue, lagune et inventez des phrases humoristiques dans lesquelles vous les utiliserez tous les deux.

 

29. En vous servant des paires des paronymes donné s remplissez les phrases qui suivent:

1. Affluence – influence: L’... des touristes en é té. / Avoir l’... sur quelqu’un.

2. L’altitude – attitude: L’... du mont Blanc est de 4 807 m. / Juliette a une... rê veuse.

3. Emigrer – immigrer: En hiver, les hirondelles... vers l’Afrique. / Il a quitté l’Australie pour la France: il a... en France.

4. Eruption – irruption: L’... des volcans. / L’... des é lè ves dans la cour.

5. Evasion – invasion: L’... de ce prisonnier a é choué. / L’... de la Gaule par les Romains.

6. Excè s – accè s: L’automobiliste a commis un... de vitesse. / L’... du parc est interdit aux animaux.

30. Complé tez les phrases suivantes en tenant compte de la liste des paronymes ci-dessous: dé noter, dé tonner; collision, collusion; compré hensif, compré hensible; cohé sion, cohé rence; maté riel, maté riau

1) Son attitude... un grand embarras.

2) Il portait un costume dont les couleurs... dans la foule.

3) La brique est le principal... des maisons.

4) L’armé e en campagne teste son... de guerre.

5) Ce professeur est trè s clair, il explique de maniè re....

6) C’est un homme..., il vous excusera certainement.

7) Ce ré cit dans lequel les idé es s’accordent bien entre elles, té moigne d’une parfaite....

8) Au football, la... de l’é quipe est vitale pour pré tendre à la victoire.

9) La ceinture protè ge particuliè rement les passagers en cas de... frontale.

31. À l’aide du dictionnaire, indiquez la diffé rence de sens qui existe entre:

1. inclinaison – inclination

2. renonciation – renoncement

3. amnistie – armistice

4. pré position – proposition

5. affleurer – effleurer

6. enfantin – infantile

7. exode – exorde

8. dé sinté rê t – dé sinté ressement

9. amoral – immoral

10. perpé trer – perpé tuer

 

 

32. Sachant que les phrases sont disposé es par triades, retrouvez les paronymes adé quats:

1. La surface du terrain est dé terminé e par l’emplacement des....

2. En signe de deuil, les drapeaux é taient en....

3. Les voies de certaines grands-routes sont sé paré es par une... (bel) centrale.

4. Sur les pierres tombales, les... commencent souvent par ces mots: « Ci-gî t... »

5. L’... est un petit poè me satirique qui attaque violemment un personnage.

6. L’... est une courte citation en tê te d’un livre pour en indiquer l’esprit.

7. Ces muguets... une odeur agré able.

8. Aprè s sa victoire, cet athlè te... de joie.

9. Les contes de fé es... facilement l’imagination des enfants.

10. La fondue est... de Suisse.

11. Ce feuillet a é té é crit par V.Hugo lui-mê me; c’est donc un....

12. Le sens... d’un mot est celui qui date de sa cré ation.

 

33. Mê me exercice:

1. Le blessé ne cessait de ré clamer l’... de ses souffrances.

2. Dans le language estudiantin on procè de souvent à l’... des mots fré quents.

3. Le parlement a voté l’... d’une loi, c’est-à -dire son annulation.

4. L’union... qui est conforme au droit, s’oppose à l’union libre.

5. Des dispositions qui ont valeur de loi sont appelé es dispositions....

6. Ce qui est... est permis par la loi mais n’est pas forcé ment juste.

7. Vous prononcez des affirmations risqué es, hasardeuses, autrement dit....

8. Celui qui vit d’intrigues, de malhonnê teté est un....

9. Celui qui aime l’aventure a l’esprit....

10. On parle de l’... de Montaigne qui parlait de lui et qui faisait des analyses dé taillé es de sa personnalité physique et morale.

11. Le fait de rapporter tout à soi-mê me au mé pris d’autrui, c’est de l’....

12. Ê tre centré sur soi-mê me et ne considé rer le monde exté rieur qu’en fonction de l’inté rê t que l’on se porte, c’est de l’....

 

34. Attribuez à chaque paronyme le synonyme qui lui correspond:

 

proé minence – pré é minence

raffinage – raffinement

oiseux – oisif

attention – intention

adhé rence – adhé sion

officiel – officieux

spé cieux – spacieux

rallier – railler

suggestion – sujé tion

recouvrer – recouvrir

hé ler – hâ ler

variation – varié té

 

conseil – assentiment – protubé rence – soumission – subtilité – é tendue – inutile – mé tastase – fallacieux – diversité – primauté – ré cupé rer – inactif – modifiction – projet – brunir – é puration – sans garantie – application – interpeller – d’une autorité reconnue – ridiculiser – ré unier – garnir

 

35. Attribuez à chaque paronyme le synonyme qui lui correspond:

abjurer – adjuger – adjurer – conjurer

cessation – cession – scission

allé gation – allé geance – allé gorie

affecter – infecter – infester

dé pravation – dé pré ciation – dé pré dation

é gé rie – é gide – hé gire – hé ré sie

affliger – protection – attribuer – mythe – supplier – affirmation – dé vaster – priè re – dé bauche – conseillè re – contaminer – interruption – è re musulmane – exorciser – renier – donation – sé paration – dé gradation – fidé lité – sacrilè ge

II. 4. Les synonymes

Les synonymes sont des unité s lexicales qui ayant une composition phonique diffé rente expriment le mê me sens ou des sens proches dans le contexte ou dans la langue – systè me.(16) Ils appartiennent à la mê me classe grammaticale. Gé né ralement la synonymie n’est que relative. Par exemple l’adjectif vieux a les synonymes ancien, â gé , mais on choisit pour buffet le mot ancien et pour personne â gé e et l’inverse est impossible. (7) Les relations sé mantiques reliant les synonymes sont de trois types (27):

1. Les sens des mots sont identiques, les deux unité s lexicales sont substituables dans tous les contextes.(12) C’est la synonymie absolue, mais ses cas sont extrê mement rares. La synonymie est caracté ristique pour la terminologie spé ciale: apesanteur – impondé rabilité ; occuliste – ophtamologiste et pour l’argot: argent – poignon, galette, oseille, grisbi.

2. L’intersection des sens. Deux ou plusieurs unité s lexicales ont une ou quelques sè mes communs, exprimant en mê me temps une idé e gé né rale: beau – agré able à voir, qui sé duit par sa noblesse; joli – agré able à voir, qui sé duit par sa grace. Les sè mes agré able à voir, qui sé duit sont communs pour les deux unité s lexicales. Les relations d’intersection des sens peuvent ê tre repré senté es sché matiquement de la maniè re suivante:

 


Quitter calme avoir peur

Laisser tranquille craindre

appré hender

3. L’implication sé mantique. Le critè re d’implication est fondé sur l’engagement de l’un ou quelques sè mes de certaines unité s lexicales dans d’autres unité s. La repré sentation sché matique est la suivante:

 

 
 

 

 


Enfant soulier

Bambin chaussure

 

Les deux dreniers types de relations sé mantiques repré sentent la synonymie partielle. Les synonymes peuvent se ré partir en (7):

· Synonymes notionnels qui nomment la mê me notion en ajoutant à chaque mot des sè mes spé cifiques: terne – qui a perdu la couleur; pâ le – qui est d’une couleur é teinte; fade – une couleur sans é clat; dé lavé – dé coloré par les lavages. Tous ces synonymes dé signent l’effacement de la couleur, mais chacun a le sè me qui les diffé rentie des autres unité s lexicales.

· Synonymes à variations affectives qui ne changent rien à la notion, mais servent à rendre l’attitude é motionnelle du sujet parlant envers les faits exposé s: enfant (neutre) – bambin (petit enfant avec une nuance de sympathie) – gamin, gosse (nuance de sympathie et de superiorité ) – galopin (un sens de dé dain, de mé prise).

· Synonymes stylistiques. Le choix des mots dé pend des circonstances, du caractè re de l’é noncé. On ne se sert pas du mê me vocabulaire dans un livre scientifique, une conversation amicale, avec un homme â gé: mourir (neutre) – dé cé der (officiel) – tré passer (poé tique) – cré ver, claquer (familier)

Toutes les unité s lexicales dé signant de diffé rentes nuances d’une mê me idé e forment le champ sé mantique des synonymes: maison, demeure, habitation, immeuble, logis, etc. Chaque champ synonymique ou sé rie synonymique peut avoir une dominante, un archilexè me – mot qui, é tant le plus neutre de tous les synonymes, a des liens sé mantiques extrê mement larges avec toutes les unité s lexicales du champ (11). Les synonymes d’un mê me champ sé mantique permettent de caracté riser une mê me notion de diffé rents cô té s et d’exprimer les nuances les plus diverses.(14) Le champ lexical de la maison exprime l’idé e gé né rale construit pour y vivre. La dominante du champ est le mot maison. Demeure est le synonyme absolu de maison mais rarement employé; habitation dé signe une maison où l’on vit avec toutes ses dé pendances; immeuble est une grande maison à plusieurs appartements dont l’usage est commercial ou locatif; logis a le sens de maison où l’on vit habituellement, mais le mot est vieilli. Le champ des synonymes est un systè me dinamique. Comme la langue est en é volution continue, certains mots perdent leurs significations, sortent d’usage, d’autres mots apparaissent.(27) Graç e aux diffé rents sè mes une mê me unité lexicale polysé mique peut ê tre impliquer dans plusieurs champs synonymiques:

Aigre ( du goû t) – acide, acerbe, piquant.

Aigre ( du son) – aigu, perç ant, strident.

Aigre ( de l’air) – froid, glacial, cuisant.

Aigre (de l’humeur) – â cre, amer, cassant, mordant.

 

 

QUESTIONNAIRE

 

1. Donnez la dé finition de la synonymie. 2. Quels types de synonymes connaissez-vous? 3. Dé finissez ce que c’est que la dominante de la sé rie synonymique. 4. Quelles diffé rences de sens peuvent pré senter les synonymes? 5. Qu’est-ce que c’est qu’un champ synonymique?

EXERCICES

 

1. Remplacez les points par les verbes accepter, consentir, ê tre d’accord. Faites attention aux pré positions.

1. Je vous recommande de... cette place.

2. Demandez-lui s’il... nous.

3. Il... volontiers... nous donner une consultation.

4. Nous lui avons proposé de l’accompagner à la gare. Elle a... avec joie.

5. Je... que ce livre est peu inté ressant.

6. Un camion qui se rendit aux Halles a... le prendre jusqu’à Paris.

7. Elle ne... jamais... rester seule avec les enfants.

8. Elle ne pas... un point seulement.

9. Je vous prie de... mon aide.

10. J’ai proposé de l’aider mais elle ne... pas.

11. Peut-on... avec de telles affirmations?

12. Elle... cela mais à contrecoeur.

13. Tu le feras pour demain, entendu? –....

14. Quand on m’a demandé si je voulais faire ce voyage, je... tout de suite.

15. Le docteur vous demande si vous... cette proposition.

16. À mon grand é tonnement, elle... nous recevoir immé diatement.

 

2. Ré partissez les adjectifs ci-dessous en deux caté gories, selon qu’ils sont synonymes ou antonymes de fré né tique.

Agité, doux, imperturbable, ré flé chi, anormal, furieux, passionné, calme, fou, patient, dé chaî né, impassible, posé.

 

3. É tudiez les synonymes du verbe mé priser – dé considé rer, dé daigner, mé connaî tre, né gliger; observez leur emploi. Traduisez les phrases en essayant de rendre toutes les nuances de sens.

1. Je vous ordonne de composer une histoire universelle et de rien né gliger pour la rendre complè te.

2. Rè gne auguste de la perruque

Le bourgeois qui te mé connaî t

Mé rite sur la plate nuque

D’avoir un é ternel bonnet.

3. Ce petit monsieur est d’humeur bien gai, il ne dé daigne jamais d’amuser lui-mê me les enfants.

4. Elle voulait toujours participer aux jeux des garç ons, mais ceux-ci la mé prisaient ou l’ignoraient.

5. Ré solu de faire tout pour arracher l’hé ritage des mains de son frè re, il s’é veillait chaque jour avec lespoir qu’un incident lui permetterait de le dé concidé rer aux yeux de leur tuteur.

 


Поделиться:



Последнее изменение этой страницы: 2016-03-25; Просмотров: 2288; Нарушение авторского права страницы


lektsia.com 2007 - 2024 год. Все материалы представленные на сайте исключительно с целью ознакомления читателями и не преследуют коммерческих целей или нарушение авторских прав! (0.341 с.)
Главная | Случайная страница | Обратная связь